Le sommeil est il indispensable ?

le sommeil

Ce n’est pas par hasard que les Grecs avaient fait de Morphée, fil de la nuit du sommeil, le dieu des Songes. Ils avaient déjà compris quel rôle essentiel jouent le sommeil et surtout le rêve sur la protection de notre organisme : notre équilibre physique et psychique en dépend. Si l’on calcul que nous passons  un tiers de notre vie à dormir (ainsi un homme de 75 ans aura passé 25 ans endormi), il est facile d’arriver à cette conclusion : le sommeil est une des « activités » les plus importantes de notre existence.

Plus encore c’est de cette activité inconsciente et nocturne dont dépend notre activité consciente et diurne. Nous parlons d’activité due au sommeil car, sous l’apparence du repos, on peut dire que le corps « recharge ses batteries ». Pendant le sommeil, il y a :

  • Récupération musculaire 
  • Réorganisation de l’activité cérébrale et cellulaire 

Sécrétions hormonales (à ce sujet, il existe des exemples troublants la fameuse « hormone de croissance » qui ne se déclenche que chez les enfants qui dorment « bien » et cette stérilité provisoire des femmes qui travaillent la nuit ou dès l’aube). Conserver ou conquérir un sommeil de bonne qualité est donc primordial si nous voulons fonctionner au maximum de nos possibilités.

Qu’est ce que le sommeil ?

Grâce à l’électro-encéphalogramme qui enregistre  les ondes cérébrales, à l’électromyogramme qui enregistre l’activité musculaire et à l’électro-oculogramme qui est   témoin des mouvements des yeux, on est parvenu à décrire les phénomènes du sommeil et à en connaître sa physiologie. Lorsque nous disons : « j’ai dormi somme une souche », avec une certitude de ne pas avoir bougé de la nui, il est certains que nous nous trompons.

Le sommeil n’est pas une chute immobile dans l’inconscience, comme on l’a cru très longtemps. L’électro-encéphalogramme nous indique que si le sommeil correspond aussi à un ralentissement des ondes cérébrales, il correspond aussi à une accélération de ces mêmes ondes. Ce phénomène est appelé : synchronisation. Le tracé de ces ondes évolue pendant le cours du sommeil, prouvant l’activité électrique ininterrompue de notre cerveau.

Les cycles du sommeil

Le sommeil est un parcours de 4 ou 5 cycles successifs. Chaque cycle comporte quatre stades, de plus en plus profonds, de sommeil lent qui dure 1h30 à 2 heures, puis 20 minutes de sommeil rapide ou sommeil paradoxal.

Le sommeil paradoxal est le moment des rêves, même si nous n’en avons nul souvenir, un moment indispensable puisque les rêves seraient une remise en ordre mentale est intellectuelle. Des expériences, privant des individus de sommeil paradoxal, ont prouvé que non seulement ces sujets souffraient d’irritabilité, d’anxiété, de difficulté à se concentrer, mais que les zones de sommeil paradoxal envahissaient celles de sommeil lent, lors de leur retour à la normale. Enfin un réveil flash que nous ne percevons pas et un retour au point de départ !

La régularité du sommeil

Le sommeil a donc un aspect immuable rythmé ; cela explique qu’une relative régularité préside aux sommeils réussis ! L’habitude d’une certaine heure de coucher, de certains rites qui y préparent, prédisposent déjà l’organisme à mettre en veilleuse son système d’éveil, ce qui se produit lorsque nous nous endormons.

Comment conserver un sommeil de bonne qualité et comment trouver un sommeil réparateur : généralement se coucher à la même heure chaque soir, après avoir effectué les mêmes gestes : prendre un bain, boire une tisane ou faire une petite promenade avec ses enfants, sa compagne ou avec son chien.

Pour ne pas avoir de manque de sommeil est ce mettre en accord avec le rythme circadien, ce cycle de vingt quatre heures qui fait que la nuit succède au jour, que les fleurs ferment leurs corolles, les oiseaux se tapissent dans leurs nids et que les humains s’endorment ! Se coucher alors que le jour se lève, vivre la nuit, est une bonne façon de perturber ce rythme circadien auquel nous n’échapperons pas !

Ne nous étonnons pas plus de mal dormir si nous nous couchons à des heures fantaisistes. L’horloge interne, perturbée, ne sait plus à quel moment nous indiquer qu’il est temps d’aller dormir. Elle a perdu points de repères et signaux d’alarme. Le marchand de sable en est un qui, en faisant picoter nos yeux, nous avertit qu’il est temps d’aller au lit ! Ne luttez jamais contre le marchand de sable !

  • Lève tôt, lève tard

Si vous vous intéressez à votre santé, vous savez depuis longtemps si vous êtes lève tôt, autrement dit une alouette, ou un lève tard, autrement dit une chouette!

  • L’alouette

Vous vous levez, chantonnant ou pas. Votre veille votre meilleur moment d’activité se situe en début d’après-midi mais vers 10 heures du soir, vous tombez déjà de fatigue et vous vous couchez « avec les poules ».

  • La chouette

Vous avez le plus grand mal à vous arracher au lit : pourquoi ? Votre meilleur moment d’activité se situant en fin d’après-midi ou en soirée, vous vous êtes couchés tard.

  • Alouette ou chouette, pour le sommeil, respectez vos rythmes !

À une époque où il est un peu plus facile d’obtenir des horaires aménagés, il est plus aisé de respecter son horloge interne. C’est elle qui détermine le déclenchement des fonctions dont nous avons parlé et qui sont liées un sommeil réparateur parce que régulier.

Respectez aussi le temps de sommeil qui vous est nécessaire

On parle généralement de huit heures quotidiennes, mais il n’existe pas de règles établies. Certains peuvent se contenter de six heures, d’autres auront besoin de neuf heures. Et chacun a raison, suivant l’âge et le goût. L’unique objectif est de se réveiller en forme, et de rester tout au long de la journée.

Comments

  1. […] chacun peut se dire insomniaque, le diagnostic médical, quant à lui, repose sur quelques critères. L’insomnie chronique est […]

Comments are closed.