Insomnies : nous perdons le sommeil, et vous ?

insomnies

Insomnie que faire ? En France, plus de 45% de personnes se plaignent de l insomnie et plus de 10% de la population prend des somnifères. Elle serait plus fréquente chez les femmes, principalement les retraitées, divorcées ou veuve, mais aussi chez les personnes de niveau socio-économique faible. Les insomnies croient avec l’âge.

 

Qu’est-ce qu’une insomnie occasionnelle ?

 

L’insomnie occasionnelle peut durer quelques jours mais ne dépasse pas toujours les trois semaines. En général, l insomnie occasionnelle cessera avec sa cause, souvent bien identifiés. De nombreuses raisons déclenchent, en effet, l’insomnie transitoire ou occasionnelle, à savoir : le changement d’habitude de vie, l’environnement sonore, la lumière, la qualité du lit, et bien d’autre encore.

Mais la cause la plus fréquente reste le stress psychologique. Elle est souvent aussi la conséquence d’une mauvaise hygiène du sommeil, un excès d’alcool, des horaires irréguliers, la prise d’excitant comme le café avant le coucher. Les préoccupations du moment jouent aussi un rôle, en effet, le stress professionnel peut déclencher une insomnie pouvant devenir chronique. C’est d’ailleurs le risque de toute insomnie occasionnelle.

 

L’insomnie chronique : c’est quoi ?

 

Si chacun peut se dire insomniaque, le diagnostic médical, quant à lui, repose sur quelques critères. L’insomnie chronique est définie à partir de trois à quatre nuits par semaine sur une durée de plusieurs mois voire des années. Elle associe une gêne à la fois nocturne et diurne. L’insomnie chronique se manifeste de façon variée telles les difficultés d’endormissement, le réveil passager, le réveil précoce, ou encore le sommeil suffisant mais non récupérateur.

Dans la journée, les conséquences se font vite sentir et incluent une fatigue physique et psychique, de la somnolence, des difficultés de concentration ainsi que des troubles d’humeur.

 

Les conséquences de l’insomnie

 

Nombreux sont les conséquences engendrés par l’insomnie, à savoir : des difficultés relationnelles et professionnelles, de la mauvaise humeur, l’irritabilité dans la vie en général, un manque de concentration et de mémoire, etc.

Les insomniaques ont plus de problèmes de santé que le dormeur. Les risques de dépression sont accrus, ainsi que le taux de conduite dite additive comme l’absorption d’alcool et de médicaments. L’insomnie est un vrai cercle vicieux car un mauvais sommeil qui s’installe entraîne avec lui une anxiété pour la nuit suivante.

Il est souvent difficile de faire admettre aux personnes qu’elles sont insomniaques. Bien souvent, un traitement à base de relaxation apportera une amélioration réelle du vécu sans modification nette des tracés du sommeil.

Certaines vivent, en effet, leur insomnie comme des dons de Dieu. Le plus souvent, dans ce cas, l’endormissement est facile et le réveil survit au milieu de la nuit. Plaisir ou danger, il vit quand tout le monde dort, accède à une pensée qui est différente de celle du jour. Ainsi, il faut en profiter pour penser, rêver, réfléchir, écrire, peindre, etc. D’ailleurs, dans cette catégorie, on peut citer de nombreux artistes.