Appendicite et ces symptômes !

appendicite

L’appendicite et un petit bout d’intestin. Sa longueur est variable elle est normalement de quatre à 10 cm mais elle peut parfois atteindre 18 et même 30 cm. Cette longueur ne joue d’ailleurs aucun rôle dans le déclenchement de l’appendicite. Les parois de l’appendicite qui ont environ 5 mm d’épaisseur sont tapissées par une muqueuse semblable à celle des amygdales. Pour des causes diverses, il se produit une inflammation du tissu appendiculaire qui, en principe, attire vers lui et neutralisent les germes pathogènes mais qui est très souvent se laisse attaquer.

L’inflammation suit à peu près le même processus que l’éclosion d’un furoncle. Le grand danger et que ce furoncle aboutisse et éclate car la perforation de l’appendicite ou péritonite provoque une extension de l’infection à tout l’abdomen. Les risques sont alors mortels.

Les symptômes de l’appendicite

  • Appendicite quel coté ? Elle débute par une douleur sourde rapidement localisée en un point de l’abdomen baptisé en ou « Point Marc Burney », nom du premier patricien à l’avoir situé. Il se trouve au milieu d’une ligne unissant l’ombilic à la crête iliaque antérieure. Du moins est-ce à ce point que l’on décèle, à la pression, l’appendicite. La douleur est généralement plus diffuse autour de ce point. Elle s’accompagne souvent de coups de poignard au creux de la hanche et a tendance à se déplacer vers le bas ventre et vers la droite.
  • Des vomissements et des nausées accompagnent très souvent la douleur mais pas systématiquement. De même, la fièvre, troisième signes de symptômes appendicite, généralement modérée ne coïncident pas toujours avec le début de la crise.

L’appendicite et son traitement

Dès le déclenchement de la crise, il faut s’allonger : repos complet, diète absolue, même pas une goutte d’eau (humecter les lèvres du malade avec un coton imbibé d’eau). Placer une vessie de glace sur toute la surface du ventre (mettre une poche ou un tissu entre la peau pour éviter la brûlure) est appelé d’urgence le médecin. Ne jamais donner de purgatif, de lavements et ne jamais mettre de bouillotte ou de compresses chaudes sur le ventre.

Le médecin est seul juge de la nécessité d’opérer. Certaines troubles baptisées « appendicite chroniques » correspondent seulement à une participation de l’appendicite à l’inflammation globale du colon droit et peuvent se guérir très facilement, sans bistouri, lorsque l’État intestinal s’améliore. L’opération n’est donc pas systématiquement nécessaire, lorsque l’on éprouve une souffrance du côté droit du ventre.

Il est certain que plusieurs signes de l’appendicite peuvent être confondus avec d’autres affections. Les nausées, par exemple, les vomissements peuvent être provoqués par une indigestion, une crise de foie. Les douleurs peuvent avoir pour cause un embarras gastrique fébrile…

À savoir

Notez qu’il existe une relation certaine entre l’appendicite et l’arrière gorge et que les troubles rhinos pharyngés sont très souvent à l’origine de l’appendicite. Par voie de conséquence, une bonne hygiène de Larry regorge ne peut que mettre le sujet à l’abri de cet accident. Il faut aussi faire la différence entre l’appendicite aiguë qui est l’inflammation violente et brusque de la muqueuse appendiculaire et l’appendicite chronique qui n’est qu’une inflammation légère de la muqueuse à pelliculaire qui ne provoque que des réactions intermittentes.

La soudaineté de l’attaque, dans le premier cas, rend plus grave les risques de perforation de la paroi appendiculaire donc de péritonite. Elle nécessite, en général, une intervention rapide dans les 24 heures. Dans le second cas, une bonne alimentation et une rigoureuse hygiène suffise souvent à triompher du mal. L’intervention chirurgicale ne devient nécessaire que si l’appendice par sa position, et risques en s’atrophiant en et en durcissant, de gêner les organes voisins et de provoquer des douleurs permanentes.

Ajoutons que l’opération de l’appendicite qui est aujourd’hui un classique de la chirurgie, et sans danger dès l’instant qu’elle est pratiquée en temps opportun et que la péritonite n’est pas déclarée.